1/15

Fidèle à l’inventivité du jazz d’hier comme d’aujourd’hui, Żądza la formule du trio, en enrichit la couleur avec les percussions, la texture avec des effets électroniques au service d’ambiances dignes de bandes originales de road movies où un élément perturbateur peut pointer son nez à chaque instant pour faire délicieusement rebondir le discours musical. Un vrai régal!


On reconnaît bien ici la touche singulière de son compositeur, Nicolas Granelet, qui écrit par ailleurs régulièrement pour le cinéma. Ses compositions finement ciselées mettent en valeur l’expressivité des instruments et de ceux qui les font vibrer.
Ce trio paraît démultiplié entre les différents claviers, les effets de la contrebasse et la magnifique palette de percussions utilisée par Alban Guyonnet.

Pour les coups d’électricité tendance rock alternatif, ils sont servis à point par la puissante et charismatique contrebasse de Dominique Bénété.

Autant lyrique qu’explosif, Żądza (prononcez Jandza, du polonais, désir, quête) malmène les ancrages stylistiques en les mettant au profit de l’illustration sonore.

Le trio raconte une histoire, suggère des images au travers de longues compositions tissées d’écriture, d’improvisation et de matières variées.

Żądza témoigne d’une grande diversité d’influences, des couleurs acoustiques effleurant la musique de chambre aux grooves mi-tribals, mi-indus.


A déguster sans attendre!

Nicolas Granelet

Compositions, piano, rhodes, machines

Dominique Bénété:

Contrebasse, effets

Alban Guyonnet

Percussions, effets

"Sous les apparences d’un trio de piano, et un nom qui, en polonais, signifie « désir », « quête », nous dit-on, Żądza offre une palette de sons bien plus large que la formule traditionnelle, tant par l’usage d’effets associés au piano que par la substitution d’un éventail de percussions africaines en lieu et place d’une batterie, sans oublier les pédales qui métamorphosent parfois la sonorité de la contrebasse en un instrument électrique et vrombissant. Envolées romantiques, bouclages hypnotiques, énergie rock, textures électroniques, le trio développe collectivement une musique qui s’affranchit des genres pour édifier son propre univers, dans lequel matières et mélodies s’entrelacent au service d’un son global, sombre et entêtant. Un nom à deux z comme le jazz qui leur donne la liberté d’écrire leur propre histoire."

 

Vincent Bessières (Le journal La Terrasse)